Trouble d’attachement affectif aux objets: que faire ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



On parle très souvent de l’attachement que l’on a envers nos parents, nos amis. On oublie de parler de l’attachement que l’on a également envers les objets qui nous entourent. En effet, les objets ont une très grande importance dans notre vie, mais nous sous-estimons parfois cette importance. 8 personnes sur 10 possèdent au moins un objet dont ils ne pourraient se séparer pour rien au monde.

Trouble d’attachement affectif aux objets: que faire ?

Que l’on soit riche ou pauvre, ce que l’on possède est le reflet et l’extension de notre personnalité. Cette affirmation se vérifie parfaitement quand on observe la réaction d’un bébé de 20 mois à peine lorsqu’on lui enlève son jouet des mains. Il s’agit du trouble d’attachement affectif aux objets. On vous en dit plus ici.

Comment se manifeste le trouble d’attachement affectif aux objets ?

Des chercheurs en psychologie ont désigné par « effet de dotation » ou encore « aversion à la dépossession », cette attitude qu’ont les hommes à valoriser ou à protéger ce qui leur appartient, que ce dernier ait été acheté ou reçue en cadeau. Ces chercheurs en sont arrivés à cette conclusion après avoir mené une expérience sur des groupes d’étudiants.

Au premier groupe, il a été offert des tasses de café et quelques minutes plus tard, on a demandé aux membres du groupe de les échanger contre des barres chocolatées. Il a été proposé le contraire à l’autre groupe. Finalement, seuls 10 % des participants ont accepté de faire l’échange.

Par ailleurs, l’attachement à un objet est le résultat de la charge émotionnelle qu’il transmet, de l’histoire qu’il nous rappelle, de bons ou mauvais souvenirs qu’il nous évoque.

De nos jours où les appareils numériques ont pris de l’ampleur dans le quotidien des hommes (on parle de plus en plus des téléphones intelligents qui contiennent une partie des souvenirs), les hommes n’ont pas pour autant délaissé les objets traditionnels pour les transporter dans leurs souvenirs.

Le vase sur l’armoire qui nous a été légué par notre grand-mère, la robe que l’on portait lorsqu’on rencontra l’amour de notre vie, le premier vêtement de notre fils…

Cette attitude devient pathologique lorsqu’elle empêche le concerné de vivre paisiblement et étouffe son espace vital.

Que faire pour traiter ce trouble de l’affection ?

Dans son ouvrage intitulé « comment l’esprit vient aux objets », le psychanalyste Serge Tisseron écrit : « les objets créent partout des caves et des greniers dans lesquels nous engrangeons des histoires sans paroles ». Des souvenirs sont ancrés dans ces objets auxquels nous sommes attachés. S’en séparer sera toujours chose difficile, mais pas mortelle.

Diverses raisons peuvent amener un individu à s’attacher à des objets. C’est pour cela qu’il n’existe pas une solution unique qui conviendrait à tous. Lorsque cet attachement entraîne une incontrôlable accumulation d’objets, il devient pathologique et il conviendrait de prendre un traitement médical accompagné d’une psychothérapie.

Le rôle du psychologue est très important ici, car il va accompagner le patient pas à pas à se débarrasser des objets auxquels il est attaché, mais qui sont devenus trop encombrants. Il ne faut pas brusquer le patient pour ainsi laisser le temps à l’esprit d’assimiler ce qui se passe. Le patient apprendra de ce fait à lâcher prise et à jeter ce qui est devenu trop encombrant.

La raison est qu’il est très douloureux de se séparer de certains objets, mais s’en débarrasser serait bénéfique pour la santé.


Lisez aussi:

TOC du couple: comment arrêter de douter de son couple ?