Comment sortir de la dépendance affective? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Véritable addiction, la dépendance affective est un des fléaux au sein des relations humaines. Pour les personnes qui souffrent de cette dépendance, vivre seul est inimaginable. Elles ne peuvent rien faire sans « la personne choisie ».  Les dégâts provoqués par ce type de relation sont considérables pour les deux parties. Bien que la dépendance affective demeure méconnue à ce jour, il existe des méthodes simples de s’en libérer. Il reste toutefois important de connaitre au mieux cette dépendance afin de savoir choisir la solution la plus adaptée et la plus efficace pour s’en défaire.

Comment sortir de la dépendance affective? Les solutions

Comprendre la dépendance affective

Le terme « dépendance affective » apparaît le plus souvent dans le cas d’une relation de couple. Cependant, elle peut également entrer en jeu dans la relation avec un membre proche de la famille ou dans les relations avec un collègue de travail. Selon les spécialistes, il s’agit d’un trouble de personnalité dépendante.

Les caractéristiques du dépendant affectif

La personne qui éprouve une dépendance sur le plan affectif ressent généralement un besoin excessif d’être pris en charge. Cette situation conduit à un comportement collant, voire à une soumission. La personne aura surtout peur de la séparation, et présente des troubles du comportement et de la personnalité. Généralement, un individu souffrant de ce type de rapport relationnel croit que son bonheur se trouve avec la personne choisie.

Elle va donner beaucoup d’attention à la personne, jusqu’à étouffer cette dernière. Le dépendant affectif cherche par tous les moyens à éviter le conflit, quitte à refouler ses propres besoins. Cette recherche « extérieure » conduit à un déséquilibre comportemental, entraînant la personne à :

• Prendre la responsabilité du bonheur de l’autre ;

• Avoir des attentes irréalistes par rapport à la relation ;

• Cacher ses émotions ;

• Ressentir un besoin constant d’amour, d’attention, de compliments et de valorisation ;

• Avoir une obsession pour la personne à laquelle elle est dépendante.

La cause de la dépendance affective

Cette dépendance à l’égard d’une personne se développe au fur et à mesure que la relation évolue. Ce qui est important à noter, c’est que la cause de la dépendance affective va bien au-delà du début de la relation. La cause principale de la dépendance affective vient de la croyance de la personne qui en souffre que seule elle ne peut être heureuse. Bien souvent, cette croyance a pris racine dans l’enfance ou l’adolescence. Les personnes dépendantes affectives ont ressenti un manque d’amour, de soutien et de reconnaissance. Des situations qui apparaissent le plus souvent quand les parents sont trop distants, absents ou toxiques. Dans certains cas, la personne a vécu au sein d’une famille déchirée par le divorce ou les disputes parentales.

Le plus souvent, une personne devient dépendante affective à la suite d’une rupture amoureuse. L’absence de sécurité et le vide occasionné par la séparation provoquent un sentiment d’abandon intenable. Au détriment du respect de soi, la personne est prête à tout pour être appréciée, considérée ou tout simplement vue. Cela va la pousser à « consommer » les relations (amoureuses, familiales, amicales, professionnelles) pour se sentir vivante. Autrement dit, la cause de la dépendance affective n’est autre qu’une blessure du passé.

Une autonomie difficile

Être attaché à son conjoint, à un parent ou à un collègue de travail n’a rien de malsain pour autant. Pourtant, dans le cas d’une dépendance affective, la toxicité relève du fait que l’autonomie n’a plus sa place. La personne perd son indépendance à tous les autres niveaux de sa vie. Elle est incapable de prendre une décision seule et adhère aux comportements et aux idées des personnes qu’elle fréquente. Concrètement, le dépendant affectif pense qu’il ne peut exister qu’au travers de l’autre, de son amour ou de son approbation.

En plus de porter le fardeau d’un passé douloureux, la personne dépendante affective est incapable d’exprimer ses opinions et ses désirs. Ce qui permet instinctivement à l’autre de la dominer. En réalité, cette perte d’indépendance reflète toute simplement la fragilité de l’individu. Sous l’emprise de cette instabilité de la personnalité et du comportement, le dépendant affectif va s’isoler dans cette relation pour être mieux contrôlé. L’autonomie est quasi-inexistante dans la mesure où la personne n’arrive plus à définir par elle-même ce dont elle a réellement besoin. La réalité est telle, que pour le dépendant affectif il est inconcevable d’être heureux sans l’autre. La personne choisie souffre, quant à elle, d’un besoin d’indépendance.

Une relation déséquilibrée

Le dépendant affectif affiche un tempérament dominé et décide tout simplement d’être pris en charge par l’autre. Se faire dominer par la personne choisie va créer un sentiment de sécurité, que le dominé ne va pas hésiter à se sacrifier en permanence. Ce comportement va pourtant générer une insatisfaction intérieure.

Pourquoi la dépendance affective fait-elle tant souffrir ?

Bien au-delà des comportements extrêmes d’attachement et de soumissions, la dépendance affective est à l’origine de nombreuses souffrances. Le trouble affectif touche aussi bien la personne dépendante que la personne choisie. La personne dépendante est celle qui subit le plus de supplices, parce qu’elle vit la dépendance de manière instinctive. Elle est beaucoup plus sensible au stress, à la peur de l’abandon et aux émotions négatives. Incapable de poser et de défendre ses propres limites, la personne affiche une grande vulnérabilité émotionnelle et psychologique.

À force de faire des efforts pour plaire à l’autre, la personne se dévalorise et est pénétrée par un sentiment d’incomplétude. Cette carence émotionnelle est ensuite comblée par tous les moyens, comme se réfugier dans la nourriture ou dans une relation adultère. Dans certains cas, pour fuir cette souffrance, les dépendants affectifs vont se réfugier dans le jeu, l’alcool ou pire, la drogue. À partir du moment où la dépendance affective génère de la souffrance et entrave le bien-être de la personne, voire du couple, elle devient pathologique. La personne dépendante est incapable de vivre par et pour elle-même. Elle aura également une forte tendance à s’effacer, ce qui peut la pousser à la dépression ou à la paranoïa. Cette souffrance va encore plus loin, le mal-être évolue au fur et à mesure que l’attachement prend de l’ampleur dans la relation.

Les impacts profonds et durables sur la relation

Dans n’importe quelle relation, la dépendance affective a des conséquences néfastes profondes et durables. La personne dépendante va constamment chercher à reconquérir l’autre, et ce, par tous les moyens imaginables. L’autre personne tendra par contre à se sentir étouffé, privé de sa liberté et constamment surveillé. Généralement, cette situation mène à des conflits, voire la séparation que le dépendant affectif souhaite absolument éviter. Lorsque l’autre devient le bol d’air, l’équilibre et la raison de son bonheur, l’autre est en même temps la raison de ses souffrances et son pire ennemi. La relation en soi devient fictive. Les sentiments ne sont pas au beau fixe, et la communication devient difficile.

Dès lors que la communication ne passe plus, chacun se réfugie dans son camp. C’est à ce moment que les troubles de comportements font leur apparition. La personne devient envahissante, méchante, voire agressive. L’hostilité et la violence émotionnelle, qui sont à l’origine des conflits, viennent s’installer dans la relation. Le déséquilibre relationnel prend place et ce fonctionnement négatif va tout simplement empoisonner la relation. Le dépendant affectif adopte un comportement toxique lorsque l’état de manque se fait ressentir. Jalousie, attitude envahissante, anxiété, besoin de la présence constante de l’autre…, le trouble affectif pèse sur l’autre.

Un frein à des relations saines

Le parent, l’ami ou le conjoint se sentant dépassé par toutes ces attentes, cherchera à s’évader dès que l’occasion se présentera. La relation obsessionnelle ne permet ni à l’un ni à l’autre d’exprimer son individualité. Ce sont les bases d’une relation saine qui sont mises en jeu. Le besoin d’intimité et d’espace de l’autre n’est plus respecté. De fil en aiguille, cela va générer le manque de confiance. Lorsque le manque de confiance prend du terrain dans une relation, c’est la base même de la relation qui est remise en cause. Le sentiment de sécurité réciproque s’efface à mesure que la dépendance prend de l’ampleur dans la relation.

La relation devient toxique pour les deux parties. L’un comme l’autre ne supporte plus certains aspects de la personnalité de l’autre, que mettre fin à la relation devient inévitable. Chacun est émotionnellement épuisé. Pour cause, les disputes qui deviennent fréquentes. Cette relation déséquilibrée va ainsi impacter les autres domaines de la vie des deux parties, notamment la vie professionnelle. Le trouble de la personnalité dépendante ne permet donc pas de trouver l’équilibre dans une relation. Dans une relation déséquilibrée, la souplesse de comportement engendrée par le sentiment de sécurité est inexistante. Les désaccords se multiplient et le mal-être intérieur se développe encore plus pour la personne dépendante sur le plan affectif.

Comment sortir de l’attachement affectif ?

Le dépendant affectif est un éternel insatisfait. Seul un travail personnel sur le développement de soi peu aider la personne à sortir de cette situation nocive. La personne dépendante souffre intérieurement, et elle manifeste son manque d’amour par un comportement désagréable. Il lui est tout simplement inconcevable de passer en second plan dans la vie de l’autre.

Apprendre à être heureux seul

L’amour et la dépendance affective sont deux notions totalement différentes. La dépendance affective est un ressenti, et non une réalité. C’est la conception même du lien affectif qui est altéré. Au final, ce sont les lois du véritable bonheur qui sont ignorées. Apprendre à être heureux seul s’avère alors être le seul moyen permettant de sortir de la dépendance affective. Se donner de l’amour et ne rien attendre de l’autre pour pouvoir s’épanouir dans une relation est une étape incontournable pour sortir de la dépendance affective. Dans ce type de relation, il est plus que nécessaire que les deux parties adoptent le lâcher-prise. Lâcher-prise, consiste à reprendre le contrôle de chaque aspect de sa vie.

La clé du lâcher-prise réside dans la capacité de la personne souffrant du trouble affectif à prendre du recul. Cela requiert un réel travail sur soi, mais s’avère indispensable pour se rendre compte de la souffrance que lui procure la relation obsessionnelle. Pour cela, il est nécessaire d’apprendre à se poser les bonnes questions. Pourquoi je me sens incomplet(e) dès que l’autre n’est pas là ? Que me procure réellement cette relation ? Quel sens cette relation donne-t-elle à ma vie ? Mais surtout, que représente vraiment le bonheur pour moi ? Aussi, il est primordial que l’un comme l’autre puisse accepter le fait qu’il est le seul responsable de son propre bonheur.

Se redécouvrir soi-même

Être dépendant implique également de ne plus pouvoir être soi-même. C’est pourtant uniquement en refaisant la paix avec sa propre personnalité qu’un individu peut reprendre le contrôle de sa vie. Redevenir soi-même est crucial pour être en mesure de prendre conscience de ses réels besoins et attentes. Cependant, la personne doit se préparer à affronter la source de sa dépendance affective. Et ce retour à la source fera davantage souffrir, certes, mais il s’agit d’un mal pour un bien. Comprendre la raison de ce trouble affectif favorise la prise de conscience de son manque et son sentiment de frustration permanent. Le manque affectif ne permet effectivement pas de s’affirmer. Aussi, il est important de retrouver sa vraie personnalité.

Lorsque le dépendant parvient à comprendre la source de ce sentiment de vide qui l’envahit, il lui sera plus facile d’accepter sa souffrance liée à la dépendance. La phase d’acceptation est déterminante pour une personne souhaitant guérir de la dépendance. Accepter d’être dépendant(e) affectivement, c’est refuser de souffrir davantage. C’est dans cette optique qu’il est important de renouer avec son passé, pour pouvoir aborder l’avenir différemment. La personne doit alors se remettre en question, et focaliser désormais toute son attention sur elle-même. Réapprendre à se connaître est un travail de longue haleine. La personne dépendante devra avancer pas à pas pour apprendre à se reprendre en charge. Elle devra notamment apprendre à faire les choses pour elle et par elle-même.

Prendre conscience de sa dépendance affective

Progressivement, la personne souffrant de ce type de trouble affectif va prendre conscience de sa dépendance envers l’autre. En pratique, lorsque la personne réalise que le lien affectif n’a rien de réel, le besoin de liberté va naître en elle. C’est ce besoin de se libérer qui va déclencher réellement la guérison de la personne. La personne dépendante qui se sent mal dans sa peau ressentira peu à peu le besoin de sérénité. Elle découvre progressivement ce qu’elle attend et recherche de la vie. Faire descendre « l’autre » de son piédestal se révèle alors comme une évidence.

Cette prise de conscience va pousser la personne à vouloir sortir de sa dépendance et de sa souffrance. Cela n’implique pas forcément de sortir l’autre de sa vie. En effet, la personne choisie n’est pas la raison de sa souffrance. Au contraire, elle peut jouer un rôle clé dans la guérison de la personne dépendante. Avec ou sans la personne choisie, le bonheur prend tout un autre sens et la vie est abordée différemment. La personne qui a vu sa personnalité transformée en raison de ce lien affectif déséquilibré ressentira l’envie de se chercher. Retrouver son identité pour pouvoir s’affirmer et être libre au regard d’autrui est l’aboutissement du travail pour se sortir d’une dépendance affective.

Les solutions pour vaincre l’addiction affective

Souffrir ou subir la dépendance affective n’a rien d’une fatalité en soi. Il existe, en effet, plusieurs techniques ayant fait leur preuve dans le traitement de la dépendance affective. Mais dans tous les cas, le temps demeure le meilleur allié de la guérison du trouble affectif. Selon le type de relation, amicale, amoureuse ou professionnelle, il est important d’adapter la méthode à la situation.

La psychothérapie

Parce que le premier pas vers la guérison de la dépendance affective est le changement de la vision de la personne, la psychothérapie est une approche d’une grande efficacité. Entamer un suivi psychologique ou psychothérapeutique est toujours recommandé dans n’importe quelle relation de dépendance affective. En se faisant aider par un thérapeute, la personne souffrant du manque affectif bénéficie d’un accompagnement personnalisé pour traiter son mal-être. C’est avec l’aide du thérapeute que la personne va naviguer objectivement vers la raison de son mal-être. À travers cet accompagnement, le patient souffrant de manque affectif va aussi travailler sur sa vision du présent et du futur.

En fonction des troubles détectés chez la personne, le psychothérapeute va définir une stratégie thérapeutique. Le travail s’effectuera en thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou en thérapie interpersonnelle (TIP). La TCC est une thérapie reposant sur la notion d’apprentissage de nouvelles façons de faire face à la situation. La TIP, quant à elle, est une thérapie structurée, nécessitant la participation active du patient. C’est à lui que revient de réaliser les tâches permettant de travailler sur les dysfonctionnements interpersonnels identifiés. L’objectif demeure à aider la personne à accorder du poids aux aspects émotionnels et rationnels. C’est avec l’aide du thérapeute que la personne va naviguer objectivement vers la raison de son mal-être.

Traiter les troubles issus de la dépendance affective

Le rôle du thérapeute est aussi de diagnostiquer les différents troubles psychiques associés à la dépendance affective. Il peut s’agir notamment de bipolarité (variation de l’humeur), dépression, troubles de personnalité ou de troubles anxieux (phobie sociale, trouble panique…). Ce trouble émotionnel à l’origine peut, en effet, faire apparaître des troubles psychiques sérieux. Les addictions en tout genre constituent également un véritable risque pour les personnes souffrant de dépendance affective.

Le traitement sera donc différent d’un trouble à l’autre. La prise en charge devra se faire par un professionnel médical au vu de limiter le malaise psychique et physique. En principe, le traitement médical va atténuer les symptômes émotionnels, qui par la suite affectent la personne physiquement. En général, il est conseillé d’associer ces traitements pharmacologiques à une thérapie. Les médicaments vont certes atténuer les souffrances physiques et psychiques de la personne. Ils ne permettent pas guérir de la dépendance en soi, qui est un trouble émotionnel bien plus profond. La prise en charge est spécifique à chaque individu, de même que la durée du traitement.

Un coach de vie pour débloquer du manque affectif

Une personne souffrant de dépendance affective peut également faire appel aux services d’un coach de vie. Cette démarche est d’ailleurs la plus couramment adoptée à ce jour. Il s’agit d’un professionnel qui a pour rôle d’accompagner les personnes vers la recherche de solutions à leur situation. Il a pour mission d’aider la personne à prendre conscience de son potentiel, à se valoriser, mais surtout à avoir une image positive de leur personne. En d’autres termes, le coach de vie va aider le dépendant affectif à se reprendre en main en apprenant à prendre de la distance. La personne dépendante devra se centrer sur elle-même pour se libérer de la situation.

L’approche abordée par un coach de vie vise principalement à travailler sur le développement personnel et son application dans la relation. Dans ce contexte, c’est la personne elle-même qui décide d’aborder la relation autrement. Le coach de vie va l’accompagner dans sa démarche en cultivant le détachement pour nourrir la liberté. Le but étant de faire réaliser à la personne que le bonheur réside en elle-même.

Le coaching personnel consiste à travailler sur soi et son vécu, pour trouver sa propre voie et ses objectifs de vie. Le but fondamental de cette approche est de découvrir qui elle est réellement. Parce que la dépendance affective n’est autre que la reproduction de l’environnement émotionnel connu dans le passé, le coach de vie vise à dévoiler le pouvoir du présent. Autrement dit, le professionnel du développement personnel va aider le discernement entre le ressenti et la réalité.

La dépendance affective peut être vécue par chaque individu de manière directe ou indirecte. Dans tous les cas, ce manque affectif est à l’origine de nombreux déséquilibres relationnels, émotionnels et physiques. Il ne doit donc pas être pris à la légère. Il est même préconisé de le prendre en charge assez tôt pour éviter les impacts majeurs sur la relation et la personne elle-même. Il convient alors d’envisager de recourir à l’un des nombreux techniques et traitements qui peuvent libérer de la dépendance affective. En amitié comme en amour, la qualité de la relation est déterminante pour l’épanouissement mutuel.

Blog